Un renforcement du pluralisme politique et une consolidation de la démocratie

  • Valoriser le débat politique par :
    • La concertation et le dialogue avec l’ensemble de la classe politique, dans le respect des  principes  de  la  République,  de  la  Constitution  et  des  lois,  de  manière  à consolider l’unité nationale et à  favoriser la formation de consensus.
  • Consolider le pluralisme politique par :
    • La mise en œuvre des conditions nécessaires à l’exercice et à l’alternance politiques,
    • La révision, après concertation avec l’ensemble de la classe politique, de la loi sur les partis politiques et la mise en place de mécanismes garantissant la régularité des scrutins et la libre expression du peuple algérien.
  • Mettre en œuvre une action de moralisation de la vie publique et politique à travers :
    • Révision  du  cadre  légal  de  publication  des  déclarations  de  patrimoine  des représentants de l’Etat, de l’exécutif, des membres du parlement et des élus locaux pour plus de transparence.
    • Renforcement  des  mécanismes  de  contrôle  du  patrimoine  (déclarations, obligations, contrôle).
    • Lutte  contre  les  pratiques  contraires  à  la  démocratie  (népotisme, régionalisme, clientélisme, marginalisation, exclusion…).
    • Mesures de lutte contre l’introduction de l’argent sale dans la pratique politique.
  • Élaborer et promulguer la Charte de la Fonction Publique qui :
    • Décrira les droits et devoirs des fonctionnaires : protections, garanties, neutralité envers  l’Etat  et  les  citoyens,  afin  de  leur  permettre  d’assumer  pleinement  leurs missions.
    • Instaurera des règles d’éthique et de déontologie, de neutralité, de transparence pour les fonctionnaires et représentants de l’Etat.
    • Consacrera et garantira l’impartialité de l’Etat et de l’administration.
  • Révision du régime des incompatibilités avec les fonctions politiques.
  • Former un Pacte national contre la corruption par :
    • Une large concertation avec la classe politique et la société civile.
    • Le renforcement des organes d’évaluation et de contrôle : l’Instance de lutte contre la  corruption,  l’Office  central  de répression  de  la  corruption  et  de  la  Cellule  de traitement du renseignement financier.
    • Une lutte implacable contre toute forme de corruption, de dilapidation de l’argent public, de trafic d’influence, ou de toute autre forme de comportement qui entrave le fonctionnement efficient de l’Etat et porte préjudice à la collectivité nationale.

Articles connexes