Transformer la commande publique en outil d’industrialisation

  • Revoir les objectifs et le mode de mise en œuvre de la commande publique :
    • Inscrire  la  commande  publique  comme  un  levier  de  développement  du secteur industriel.
    • Planifier  à  l’avance  les projets d’investissements publics (ainsi que  les  achats de biens et services)  afin de mesurer  les  capacités de réaction de  l’offre nationale, identifier les délais de réaction et les mesures à mettre en œuvre pour permettre aux  entreprises  nationales  de  soumissionner  aux  marchés  publics.  Ceci  doit permettre d’élaborer et tenir à jour un Plan National de la Dépense publique qui intègre des objectifs de développement de l’industrie locale.
    • Établir une concertation avec le secteur productif national pour organiser au mieux le lancement des projets publics et lui permettre d’y répondre.
  • Adapter la commande publique aux capacités de l’économie nationale :
    • Assurer un découpage de  la  commande publique de manière  à  ce que  les PME puissent répondre aux appels d’offre.
    • Réserver  une  part  de  la  commande  publique  des  collectivités  locales  et  des ministères aux petites entreprises.
    • Réduire  les  dépôts  de  garantie  demandés  aux  PME  lors  de  la soumission  aux marchés publics.
    • Réserver  une  partie  de  la  commande  publique  aux  entreprises  innovantes, notamment dans les TIC.
    • Revoir  le  fonctionnement  de  la  Caisse  de  Garantie  des  Marchés  publics  afin d’améliorer son efficacité et la demande de ses produits de garantie.
    • Réformer le code des marchés publics pour accélérer le processus, augmenter la transparence et la concurrence dans les appels d’offre.
  • Inciter  les  grands  groupes  à  développer  la sous‐traitance  industrielle  et  à maîtriser  de nouvelles technologies :
    • Incitations pour les grands groupes nationaux et étrangers à mettre en place un plan de sous‐traitance dans le cadre de réalisation de grands projets publics.
    • Incitations  à  la mise  en  place de  joint‐ventures  entre  groupes  internationaux  et entreprises algériennes.
    • Incitations  pour  les  entreprises  étrangères  et  les  multinationales  à  assurer  un transfert technologique.
    • Incitations  pour  les  entreprises  nationales  à  acquérir  la  maîtrise  de  nouvelles technologies.

Articles connexes