Assurer un meilleur accès aux soins pour tous

  • Initier un audit complet des structures de santé sur l’ensemble du territoire afin de dresser un  état  des  lieux  précis.  Cet  audit  permettra  de  dresser  une  cartographie  des établissements de santé et d’identifier les priorités.
  • Redéfinir la carte sanitaire pour une prise en charge plus efficiente et de proximité par :
    • Le développement de pôles de santé de proximité généralistes et spécialisés sur tout le territoire national.
    • Le développement/Création de pôles régionaux spécialisés de santé publique.
    • La réhabilitation, modernisation et promotion des structures de santé de proximité.
    • La  promotion,  le renforcement  et  la  valorisation  des  capacités  humaines  et  des moyens  matériels  des  structures  de  santé  de  proximité  (centres  de  soins, dispensaires, cliniques, polycliniques) afin qu’elles soient le premier vis‐à‐vis de la population.
    • Le  développement  et  la  généralisation  des  unités  mobiles  de  prise  en  charge médicale à domicile.
    • Le développement des structures spécialisées pour la prise en charge des maladies chroniques,  des  maladies  liées  à  la  vieillesse  (gériatrie),  des  maladies  neurodégénératives.
  • Mettre en œuvre un Programme Prioritaire de Modernisation des Structures de Santé :
    • Réhabilitation et modernisation des structures de santé.
    • Mise à niveau et maintenance des équipements et matériels,
    • Mise en place de normes de qualité et d’entretien des établissements de soin et les objectifs à atteindre.
  • Le lancement d’un programme national de formation du personnel paramédical généraliste et spécialisé, des gestionnaires de santé et des agents et cadres de la maintenance et des équipements.
  • La  valorisation  et  la  promotion  des  personnels  de  santé  publique  et  hospitalo‐ universitaires, du personnel paramédical et des gestionnaires de santé, l’amélioration des conditions socioprofessionnelles et le renforcement des actions de formation continue.
  • L’amélioration des conditions d’accueil, d’orientation de prise en charge des patients et de leurs familles.
  • La  mise  en  place  des  indicateurs  de satisfaction  des  usagers  portant sur  l’accueil  et l’orientation  des  patients,  la  disponibilité  du  personnel  médical  et  paramédical,  la disponibilité de médicaments, l‘hygiène et la sécurité.
  • La mise en place d’un fonds de soutien pour la construction de pavillons d’accueil pour les familles  des  malades  ainsi  que  du  cadre  réglementaire  facilitant  le  mécénat  et  le financement privé de ces structures.
  • La mise en œuvre d’une certification indépendante des établissements de santé sur la base des  meilleures  pratiques  internationales.  Ces  indicateurs  entreront  dans  une  grille d’évaluation des établissements de santé et du personnel de santé.
  • La  modernisation  et  la  valorisation  de  la  prévention  sanitaire  par  la  révision  des programmes et politiques de prévention sanitaire, le renforcement des capacités et des moyens  humains  et matériels    de  la  prévention,  la  diffusion  d’une  culture  de santé  et l’implication des associations et de la société civile dans l’acte de prévention et dans la diffusion de la culture de santé.
  • La  promotion  et  le  développement  de  la recherche médicale  et scientifique  en milieu hospitalo‐universitaire, par l’obligation de la publication et la recherche dans la promotion aux  grades  et  la  généralisation  des  bibliothèques,  des  TIC  et  l’accès  aux  publications scientifiques  et  médicales  nationales  et  internationales  au  personnel  hospitalo‐ universitaire.
  • Promotion  et  accompagnement  du  développement  d’un  secteur  privé  de  qualité  et performant dans un esprit de partenariat et de complémentarité avec le secteur public.
  • Améliorer le système de sécurité sociale par :
    • La modernisation du système de sécurité sociale.
    • L’intégration des prestations de soins du secteur privé et généralisation du système du tiers‐payant.
    • La révision de la nomenclature des actes médicaux et de la liste des médicaments et produits pharmaceutiques remboursables.
    • La définition d’un panier de soins et de prestation de base.
    • La  promotion  et  le  développement  d’un régime  complémentaire  porté  par  des mutuelles et des complémentaires de santé ainsi que des fonds de retraites.
    • Le  développement  des  sources  de  financement,  en  parallèle  aux  cotisations salariales et patronales.
  • Le renforcement de la régulation et des prérogatives de l’Agence Nationale du Médicament   pour la promotion du générique, le soutien à la production locale, et le contrôle rigoureux des autorisations de mise sur le marché (AMM).
  • Le renforcement des capacités et le développement des entreprises existantes et favoriser la création de nouvelles entreprises de manière à couvrir les besoins nationaux croissants avec  une  politique  incitative  pour  les  génériques,  les  produits    pharmaceutiques  et  la parapharmacie ainsi que pour les biotechnologies et le traitement des déchets.
  • L’encouragement  du  développement  de  partenariats  avec  les sociétés  internationales, leaders dans leurs domaines.

Articles connexes