Moderniser la formation professionnelle et améliorer sa vocation qualifiante

  • Modernisation de la formation professionnelle et de l’enseignement professionnel par :
    • Refonte des programmes de formation et d’enseignement.
    • Introduction de nouvelles branches de formation pour répondre  aux besoins du marché du travail et des réalités sociales.
    • Valorisation et réhabilitation de la formation aux métiers de l’artisanat.
    • Modernisation des structures de formation.
    • Renforcement des moyens humains et matériels.
  • Introduction des lycées professionnels et du baccalauréat professionnel.
  • Création de filières universitaires professionnelles spécialisées de courte durée.
  • Institutionnalisation  des  stages  en  entreprise  en  les  rendant  obligatoires  pour  les formations  techniques  et  technologiques  universitaires,  et  les  instituts  de  formation professionnelle.
  • Élaboration  d’un statut  de stagiaire  de  la  formation  professionnelle  et  technique  qui réglemente les indemnités, les durées et conditions de stage,  et définit les réductions de charge pour les entreprises etc.
  • Mise en place d’un Observatoire des Qualifications et de l’Emploi (OQE) qui sera un  espace de dialogue et de concertation entre les pouvoirs publics, les instituts de formation et le monde de l’entreprise:
    • Cet Observatoire sera indépendant et regroupera des représentants des ministères de  l’emploi,  de  l’industrie  et  des  PME,  de  la  Formation  Professionnelle,  de l’Éducation  Nationale  et  de  l’Enseignement  Supérieur,  des  associations d’entreprises, et des établissements de formation.
    • Il aura pour mission de réaliser une enquête annuelle sur les besoins des entreprises en  matière  de  qualification  (présents  et  futurs),  définir  et  élaborer  une nomenclature  des  métiers,  évaluer  les  établissements  de  formation,  créer  et administrer un label qualité pour les instituts de formation professionnelle et les entreprises  œuvrant  dans  le  domaine  de  la  formation  continue  (destinée  aux individus déjà en poste).
  • Création  des  mécanismes  d’intégration  au  milieu  économique  dans  le  cadre  de l’Observatoire des Qualifications et de l’Emploi :
    • Identification  des  besoins  en  termes  de  compétences  et  de  qualification  en partenariat avec les chambres de commerce et d’industrie, les chambres agricoles, et les organisations patronales.
    • Implication des entreprises dans la définition des formations et des programmes de formation professionnelle.
    • Intégration  du  milieu  économique  dans  les  conseils  d’orientation  des établissements.
    • Modernisation et mise en place des contrats d’apprentissage et de formation, des contrats  de  professionnalisation  entre  les  établissements  de  formation  et  les entreprises.
  • Mise en place d’indicateurs de performance au niveau des établissements de formation professionnelle qui seront inclus dans une grille d’évaluation des chefs d’établissement. Introduction de labels internationaux dans les filières d’enseignement stratégiques pour le développement industriel.
  • Mise  en  place  d’un  Fonds  pour  la formation  dont  l’objectif sera  d’aider  les  petites  et moyennes entreprises à former  leurs salariés dans  les domaines  clés  comme  la gestion d’entreprise, le marketing, etc.
  • Optimisation du financement de la formation continue en généralisant le 1% patronal et en créant un Fonds de la Formation Continue (FFC) qui aura en charge la collecte et la gestion des financements. Le FFC aura des délégations régionales afin d’assurer une gestion plus proche des besoins locaux.
  • Régulation, accompagnement  et  contrôle du secteur privé pour  la mise en place d’une formation de qualité répondant aux besoins nationaux.

Articles connexes