Améliorer l’enseignement universitaire et développer la recherche et l’innovation

  • Approfondissement et généralisation de la réforme du système LMD par :
    • Révision  et  modernisation  des  programmes  pédagogiques  des  premiers  cycles universitaires avec un renforcement du caractère opérationnel dans le cursus LMD en vue d’arriver à une meilleure adéquation entre les programmes d’enseignement et les besoins de recherche et du marché du travail.
    • Dotation des universités en moyens humains, pédagogiques, scientifiques, matériels et structurels.
    • Modernisation des techniques pédagogiques et d’acquisition des compétences.
    • Amélioration de la prise en charge et de l’orientation des étudiants.
    • Généralisation des stages professionnels et de recherche dès les premiers niveaux d’enseignement.
    • Renforcement des moyens des laboratoires et des bibliothèques.
    • Garantie  d’accès  du  corps  enseignant,  des  chercheurs  et  des  étudiants  aux publications  universitaires  nationales  et  internationales  et  aux  travaux  de recherche.
    • Développer l’usage de l’e‐learning (apprentissage en ligne) pour une plus grande mobilité des étudiants et un transfert de savoir et de compétences entre universités nationales mais également l’apport des universités internationales de renommée mondiale.
  • Réhabilitation des Pôles d’excellence universitaires et des Ecoles Supérieures notamment par les partenariats avec les universités de renommée internationale.
  • Création  des  Instituts  Technologiques Universitaires,  en  partenariats  avec  les meilleurs instituts  technologiques  dans  le  monde,  notamment  dans  les  secteurs  clés  pour  le développement industriel et les doter de moyens importants pour disposer d’équipements de pointe et faire intervenir des enseignants de haut niveau, nationaux (résidents et non‐résidents) et étrangers réputés mondialement dans leurs domaines de compétence.
  • Création de passerelles avec le monde du travail par un accroissement de l’enseignement professionnel  et  des  formations  professionnalisantes,  la  mise  en  place  de  contrats  de formation, et de l’enseignement en alternance.
  • Création  de  passerelles  avec  la  Formation  Professionnelle  par  l’introduction  de filières spécialisées et professionnelles de courte durée et des stages professionnels.
  • Promotion de la recherche et de la publication universitaires. Et dans ce cadre:
    • Revaloriser  le  rôle  de  la  recherche  et  de  la  publication  universitaire  dans  la promotion aux grades universitaires.
    • Renforcer  et  développer  les  écoles  doctorales  notamment  par  les  mécanismes d’intégration et de coopération internationale.
    • Promouvoir  et soutenir  les  études  doctorales  par  la  mise  en  place  de  bourses doctorales.
    • Faciliter  les mécanismes  de  coopération  internationale  en matière  de recherche universitaire et scientifique.
    • Création de nouveaux centres de recherche scientifiques et technologiques.
    • Encourager et promouvoir l’installation de centres de recherche privés et étrangers avec l’objectif de faire de notre pays un pôle technologique.
    • Définir un cadre réglementaire et des incitations nécessaires au transfert du savoir notamment  via  la  mise  en  œuvre  de  contrats‐programmes  avec  les  grandes entreprises  nationales  et  internationales  afin  d’arriver  à  hisser  le  niveau  de  la recherche opérationnelle à un seuil qui permette d’envisager la création de moyens nationaux dans différents secteurs d’activité.
  • Création d’un Fonds pour la recherche afin de valoriser l’excellence et le transfert de savoir au service du développement économique et social.
  • Institution d’un Prix national pour la Recherche et l’Innovation sous l’Egide du Président de la  République  pour  valoriser  annuellement  les  travaux  de  recherche  universitaire    et l’innovation scientifique  et technologique  à forte  valeur  ajoutée sur  le  développement économique et social.
  • Création d’une Académie des Sciences
  • Création d’une Académie des Arts et des Lettres.
  • Implication  des  établissements  universitaires  dans  l’insertion  professionnelle  de  leurs étudiants par la création systématique d’associations d’anciens élèves, l’accompagnement actif au stage et à l’insertion en lien étroit avec les entreprises ainsi que par l’organisation des forums métiers et des journées de recrutement au sein des universités.
  • Assurer  une  meilleure  planification  des  besoins  des  universités  et  du  nombre  annuel d’étudiants à chaque palier afin de permettre une prise en charge efficiente et éviter les dysfonctionnements lors des rentrées universitaires.
  • Introduction des cursus de formation continue et de validation des acquis professionnels au sein du système universitaire.
  • Réviser  le  système  des  œuvres  universitaires  pour  améliorer  les  prestations  et  les conditions d’accueil au sein des universités ainsi que la prise en charge des étudiants dans les structures d’hébergement et de restauration universitaires.
  • Reformer le système national de bourses universitaires par :
    • L’instauration  de  véritables  critères  d’éligibilité  (conditions  socio‐économiques, réussite universitaire),  la   revalorisation qualitative des bourses,  la  création d’un barème graduel (%).
    • Rationaliser l’octroi des bourses universitaires afin de donner des bourses décentes, utiles et permettant à l’étudiant de se concentrer réellement sur ses études, tout en instaurant des critères d’éligibilité.
  • Consacrer le mérite par l’attribution de bourses d’excellence et de bourses doctorales, y compris pour les étudiants inscrits dans des établissements d’enseignement Supérieur et des  Ecoles  doctorales  privés,  labélisés  en  partenariat  avec  des  Etablissements Universitaires  étrangers  de  renommée  mondiale  sous  contrôle  de  l’Enseignement Supérieur.
  • Accorder une plus grande autonomie aux universités dans le recrutement des enseignants (maîtres  de  conférences,  professeurs)  et  du  personnel  non  enseignant,  la  gestion  du budget de fonctionnement, le choix des programmes de recherche, le choix de partenariats avec des universités étrangères avec mise en place d’une grille d’évaluation des universités (sur des critères de publications scientifiques, d’insertion professionnelle, de performance des étudiants etc.).
  • Promouvoir  et  accompagner  le  développement  d’un  enseignement supérieur  privé  de qualité et performant dans un système fondé sur  la régulation publique en matière de qualité de l’enseignement, de respect des cahiers des charges et de contrôle.
  • Encourager et accompagner les partenariats avec les universités étrangères de renommée mondiale. Obligation sera  faite  aux  établissements  d’obtenir  des  accréditations  et  des labellisations internationales, assortie d’un accompagnement de l’Etat.
  • Créer une grande université aux normes internationales à capitaux mixtes publics‐privés en partenariat avec une université de rang mondial.

Articles connexes